dimanche 17 avril 2016

Inscrivez-vous à la newsletter de PeAZ !


Nous vous proposons dorénavant une newsletter. Tous les weekends, vous recevrez la newsletter de PeAZ reprenant les articles que nous avons sélectionnés au cours de la semaine précédente.
Ainsi, vous ne louperez plus aucune publication.

Pour vous inscrire, cela se passe par ici.

mardi 5 mai 2015

T'as deux ans et ta crèche propose des ateliers avec des écrans, non, mais allô quoi?

On n'arrête pas le progrès !

Les entreprises de crèches sont très souvent à la recherche d'innovation afin de pouvoir se différencier des concurrents.
Très dernièrement, une d'entre elles a proposé une application pour le smartphone des parents afin que ces derniers gardent un œil sur leur pitchoun. Nous trouvons néfaste de vouloir proposer un contrôle permanent aux familles. Comment les parents peuvent accorder leur confiance à une équipe de professionnels dans ces conditions? Comment ensuite leur propre enfant peut-il alors accorder sa propre confiance aux adultes qui l'accueillent? Nous trouvons qu'il est difficile à un enfant de s'épanouir dans un tel climat. 

Après le smartphone, une autre entreprise vient de proposer des ateliers via des écrans ! Nous vous laissons découvrir le reportage diffusé sur TF il y a quelques jours.



A l'heure où le CSA recommande de ne pas utiliser la télévision et les écrans avant 3 ans, cette nouveauté nous surprend.
Pour rappel, la télévision n’est pas adaptée aux enfants de moins de 3 ans. Avant 3 ans, l’enfant se construit en agissant sur le monde : la télévision risque de l’enfermer dans un statut de spectateur à un moment où il doit apprendre à devenir acteur du monde qui l’entoure. En effet, le développement d’un jeune enfant passe par la motricité et la capacité à interagir avec les adultes qui l’entourent et avec les objets qu’il rencontre. Il existe plusieurs étapes dans le développement de l’enfant de moins de trois ans : le bébé est d’abord attiré par tout ce qui bouge puis il découvre qu’il peut agir sur son environnement et, dès que sa motricité le lui permet, il désigne les choses et les touche. A partir de neuf mois, le bébé imite sans comprendre ce qu’il voit. Vers un an et demi ou deux ans, il met des mots sur les choses et comprend des expressions de base.
Ces recommandations sont basées, entre autre, sur les travaux de Serge Tisseron qui se bat depuis des années pour sensibiliser les adultes sur les effets des écrans sur les plus petits et les enfants en général. Mme Anne Christophe, directrice de recherche au CNRS et Babylab, interrogée dans le reportage, le dit bien elle-même : "C'est difficile d'apprendre avec, par exemple, juste la télé."

Nous trouvons regrettable que cette course à l'innovation pour attirer des nouveaux clients se fasse aux détriments des besoins des enfants accueillis. En effet, afin de se différencier, nous pouvons facilement émettre l'hypothèse que les entreprises proposent des nouveautés afin d'aider leurs commerciaux à vendre des places auprès des entreprises  ou de remporter des marchés auprès des collectivités. Néanmoins, le cœur du métier est et reste l'accueil du jeune enfant et de sa famille qui est fondé sur le respect du développement de l'enfant et les besoins des familles. Il serait davantage utile que la force de communication des entreprises de crèches bénéficie aux métiers de la Petite Enfance qui mérite d'être mieux connus et reconnus. 

mercredi 8 avril 2015